• Le bon géant qui aimait les fleurs... 3....

    Article programmé 

    posté pour votre plaisir en mars peut être ceci sera décalé avec 

    le regard que vous posez sur mon blog ce jour 

    Ne vous inquiétez pas j'ai quelques idées donc je fais quelques articles 

    pour les jours suivants en espérant revenir avant ..... 

    Gros bisous mes amies et amis 

    Ici (l'image)   Ici (le blog)

     

    ...3....

     

    Quand le géant eut fini son histoire, Afrasène resta longtemps sans parler. Il réfléchissait de son mieux pour trouver un moyen de consoler le bon géant ami des fleurs. Au bout d'un moment, il trouva une solution. Il aurait pu cueillir lui-même un bouquet - en prenant bien soin de n'écraser aucune fleur - et l'offrir à Gentigigan qui pourrait le respirer tout à loisir. Mais cueillir les fleurs, c'est aussi les faire mourir. Le garçon se rendit compte que son idée n'était pas bonne. 

     

    Ecoute, dit-il, il me faut réfléchir à ton problème. On dit que la nuit porte conseil. Laisse moi aller, je te promets de revenir demain. Je suis sur que j'aurai trouvé. 

    - Je te fais confiance, répondit le géant qui le déposa doucement dans l'herbe. Reviens demain, je t'attendrais à la même place. 

     

    Afrasène ramassa son bâton et, à toutes jambes, dévala la pente jusqu'à la maisonnette de pierres grises qui abritait les bergers. Le garçon pensa raconter son aventure à  ses trois compagnons. Mais il craignit d'attirer sur lui leurs moqueries : 

     

    - Un géant ! Et quoi encore ? Tu t'es endormi au soleil et tu as rêvé mon pauvre gars ! Un géant ! Tout le monde sait bien que ça n'existe pas, voyons !

     

    Non, il valait mieux garder tout cela pour lui. C'était bien dommage car l'un ou l'autre des bergers aurait peut-être trouvé une idée. Afrasène se touna et se retourna des dizaines de fois sur son lit de paille ; il se creusait la tête à en avoir la migraine.... mais rien ne venait. Enfin, épuisé, il s'endormit. 

     

    Le lendemain maitn, tandis qu'il tempait un gros quignon de pain dans son bol de lait, le garçon cherchait toujours un moyen d'aider le bon géant. Comment, comment diable arriver à lui faire respirer le parfum des fleurs sans en sacrifier plusieurs centaines ?

     

    Soudain ! le regard d'Afrasène se porta sur les bouteilles où les bergers conservaient le lait pour leur consommation journalière - le reste servait à fabriquer des fromages. Il y en avait trois pleines et deux vides. Ces dernières, bien rincées, brillaient dans un renfoncement du mur.

     

    A cette vue, un déclic se fit dans la tête du jeune homme. En un clin d'oeil, il acheva son repas, se saisit d'une bouteille vide sans oublier le bouchon et, sans plus attendre, se précipita au-dehors.

    Il faisait un temps magnifique, le ciel était d'un bleu vif et lumineux sans le moindre nuage. L'air était encore frais car le soleil se levait tout juste. Ses rayons jetaient sur les montagnes de larges coulées jaune d'or. Dans l'herbe des pâturages mouillée de rosée, les leurs s'éveillaient. 

     

    De loin, l'un des bergers vit Afrasène qui, à toute allure, gravissait la pente herbeuse. il mit ses mains en porte voix et cria : 

    Afrasène, où cours tu si vite ? C'est bientôt l'heure de la traite, reviens ! tu m'entends ? Reviens ! 

    Le vent portait sa voix jusqu'au jeune hmme, mais il fit la sourde oreille. Ce qu'il avait à faire était bien plus pressé et bien plus important que de traire les vaches. Pour une fois que les aurtres se débrouillent sans lui ! Et il se remit à courir. 

     

    ...3.....

    « Le bon géant qui aimait les fleurs... 2....Le bon géant qui aimait les fleurs... 4.... »

  • Commentaires

    2
    Mardi 5 Juin à 15:07
    1
    Mardi 5 Juin à 10:29

    Merci ma Douce Mado...Je t'espère de mieux en mieux..

    Courage  à Toi ma Belle .Plein de gros bisous du coeur*

    Boutons Fillettes et autres

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :