• C'est étrange je suis devenue ton ange....

     

     Ici (l'image)   Ici (le blog)

     

    C'est étrange je suis devenue ton ange....

     

    A l'aube de nos vies

    C'est étrange je suis devenue ton ange.... 

    Ecoute plus souvent

    Les choses que les êtres,

    La voix du feu s'entend

    Entends la voix de l'eau

    Ecoute dans le vent

    Le buisson en sanglot :

    C'est le souffle des ancêtres.

    Ceux qui sont morts ne sont jamais partis

    Ils sont dans l'ombre qui s'éclaire

    Et dans l'ombre qui s'épaissit,

    Les morts ne sont pas sous la terre

    Ils sont dans l'arbre qui frémit,

    Ils sont dans le bois qui gémit,

    Ils sont dans l'eau qui coule,

    Ils sont dans l'eau qui dort,

    Ils sont dans la case, ils sont dans la foule

    Les morts ne sont pas morts.

    Ceux qui sont morts ne sont jamais partis,

    Ils sont dans le sein de la femme,

    Ils sont dans l'enfant qui vagit,

    Et dans le tison qui s'enflamme,

    Les morts ne sont jamais sous terre,

    Ils sont dans le feu qui s'éteint,

    Ils sont dans le rocher qui geint,

    Ils sont dans les herbes qui pleurent,

    Ils sont dans la forêt, ils sont dans la demeure,

    Les morts ne sont pas morts.

    Ecoute plus souvent

    Les choses que les êtres,

    La voix du feu s'entend

    Entends la voix de l'eau

    Ecoute dans le vent

    Le buisson en sanglot :

    C'est le souffle des ancêtres.

    Le souffle des ancêtres morts

    Qui ne sont pas partis,

    Qui ne sont pas sous terre,

    Qui ne sont pas morts

    Ecoute plus souvent

    Les choses que les êtres,

    La voix du feu s'entend

    Entends la voix de l'eau

    Ecoute dans le vent

    Le buisson en sanglot :

    C'est le souffle des ancêtres

    Il redit chaque jour le pacte

    Le grand pacte qui lie,

    Qui lie à la loi notre sort;

    Aux actes des souffles plus forts,

    Le sort de nos morts qui ne sont pas morts;

    Le lord pacte qui nous lie aux acte

    Des souffles qui se meuvent.

    Dans le lit et sur les rives du fleuve,

    Dans plusieurs souffles qui se meuvent

    Dans le rocher qui geint et dans l'herbe qui pleure

    Des souffles qui demeurent

    Dans l'ombre qui s'éclaire on s'épaissit,

    Dans l'arbre qui frémit, dans le bois qui gémit,

    Et dans l'eau qui coule et dans l'eau qui dort,

    Des souffles plus forts, qui ont pris

    Le souffle des morts qui ne sont pas morts,

    Des morts qui ne sont pas partis,

    Des morts qui ne sont plus sous terre.

    Ecoute plus souvent

     

    Les choses que les êtres.

    Source : Birago Diop ...

    Ici

    C'est étrange je suis devenue ton ange.... 

     
    « L'automne est là....Le partage... »

  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Septembre à 10:39

    Rho çà devient "chiant" Adobe Flash Player qu'il faut mettre en route je vais laisser tomber Google qui çà continue ! 

    Bisous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :